Mardi 1 mars 2016 tagCommunication

Salâm Aleykoum - La suite des aventures

  • PARTAGEZ SUR

Nous sommes désolés de ne pas avoir posté plus d'actualités ces derniers jours. Depuis la fin de notre étape marathon, nous avons connu des difficultés mécaniques. Voici le récit de la fin de notre raid:

12814149_755740134556827_1223839488190396430_n.jpg

Après 4 jours de pistes sans aucun incident mécanique, retour sur l’asphalte, regonflage des pneus et petite vérification de la Smart 4L, tout est ok.
Quelques dizaines de kilomètres plus loin, un bruit soudain de cognement venant du moteur nous contraint à nous arrêter immédiatement.
Après plusieurs tentatives, le redémarrage est impossible, le moteur ne veut plus rien savoir... ! Nous contrôlons l’allumage, tout semble ok mais rien n’y fait, la voiture reste muette et inerte…
C’est un nouveau chapitre de l’aventure qui s’ouvre…
Appel de l’assistance, remorqués à une 4L, elle-même attelée à un 4x4 de l’organisation sur 170 km jusqu’à Ourzazate.
À Ouarzazate, deux options s’offrent à nous : attendre que l’organisation nous fasse parvenir un hypothétique nouveau moteur en provenance de Marrakech, ou bien rejoindre Marrakech à 200 km en traversant l’Atlas et franchissant un col de 2500 mètres, sur une dépanneuse payée à nos frais.
Plutôt que de rester tankés à Ouarzazate sans savoir jusqu’à quand, nous choisissons de nous bouger. Ceci prend la forme d’une dépanneuse avec Jawad à son volant, ancien pilote du Dakar, très adroit tout en faisant beaucoup de choses à la fois (téléphone, cigarettes…) et nous sans ceinture. Nous voici partis pour traverser l’Atlas dans la première moitié de la nuit.
Nous débarquons à Marrakech aux alentours d’1h30 du matin, Jawad se transforme en taxi dépanneur improvisé. En effet, il doit nous conduire à l’organisation, à un distributeur de billets, à l’hôtel et enfin chez le « grand sorcier » mécanicien de Marrakech où nous abandonnons notre chère Smart 4L pour la première fois depuis le départ de Chasseneuil-du-Poitou.
Rendez-vous pris pour 8h30 samedi matin pour examen des entrailles de la bête. Le verdict tombe en fin de matinée, ce n’est pas un décalage de la distribution comme nous pouvions le penser, mais la crépine de pompe à huile qui est totalement obstruée par de la graisse (inattendu pour un si faible kilométrage de 65 000 km), conséquence probable d’espacements de vidange trop éloignés. Le défaut de lubrification a entrainé la casse de l’embiellage… !
La quête d’un nouveau moteur (956 cm3) commence. La bonne nouvelle tombe en milieu d’après-midi, notre magicien de la mécanique en déniche un dans Marrakech. Ce n’est plus de la mécanique, cela tutoie le miracle.
Si les prédictions de notre chaman sont exactes et si loin du Garage du Centre de Lusignan, dimanche midi, notre Smart 4L devrait retrouver un second souffle et continuer sa route.
Depuis, nous sommes sur la route du retour. Nous avons réussi à prendre un ferry dans la nuit du dimanche au lundi. Actuellement nous sommes à Burgos. Retour en France demain.

Inch’Allah.

La team Smart 4L

http://smart-4l.fr/


Mardi 1 mars 2016 tagCommunication
  • PARTAGEZ SUR
Sur le même sujet
  • Mardi 21 mars 2017
    Le Futuroscope à la conquête des visiteurs Espagnols [lire l'actualité]
  • Jeudi 26 janvier 2017
    Le Futuroscope fête ses 30 ans et repart en campagne [lire l'actualité]
  • Mardi 13 décembre 2016
    Danse Géante des Robots Humanoïdes pour le Défi Téléthon [lire l'actualité]
  • Vendredi 2 décembre 2016
    Futur au top pour l’ex-équipe de cyclisme féminin « Poitou-Charentes-Futuroscope-86 [lire l'actualité]
  • Mardi 22 novembre 2016
    Futuro Moustache Tour #2 [lire l'actualité]
Voir tous les communiqués